Auteurs Livres Actualités Presse Diffusion Contact Commander Liens Adhérer
logo.gif

Vous êtes ici :
livres Jean-Paul Richalet - J’ai faussé compagnie aux villes endormies







L'argument

Ce sont les petits cailloux du désarroi recroquevillée sur l‘incompréhension d’être là. Dans son premier recueil, Jean-Paul Richalet oscille entre amour et distance, entre l’affrontement désarmant des sentiments et la montée de la grande échelle des pompiers.

C’est ainsi que l’on fausse compagnie aux villes endormies et qu’on cadenasse la torpeur générale pour vivre enfin loin de l’immensité de notre exiguïté. « Il suffit d’un coup de peigne, on se réaligne ».

La chevelure nette désoriente le canot de la vie quotidienne. On est toujours plus heureux lorsque l’on sort de chez le coiffeur et que « l’autobus continue d’avancer selon toute vraisemblance ». Il y a autant d’être dans un poisson que l’on dessine sur une vitre que dans une doctrine sur l’angoisse.

Le violon a beau « dégouliné de tarama », l’amour a encore de beaux jours devant son propre désaveu, si l’on en croit Jean-Paul Richalet. Oui, l’amour est une anarchie qui peut réussir lorsqu’elle se confond avec le nihilisme positif :
« mort au beau mot ».

Faut-il encore que l’amour ne soit pas crapuleux ! Là, tous les doutes sont permis. Car l’amour peut aussi ressembler à une panse bavaroise après dix litres de bières. La poésie de Jean-Paul est suave, sans être mièvre. Son ironie versifiée nous écarte des platitudes.

Son vers libre illumine comme le ver luisant du métro. Et tout ce qu’il a enfoui, la mort le lui révèle, sans pathos et sans pesanteur. Il y a donc une alternative à être ou « bien César ou bien clown » : poète par exemple comme Jean-Paul Richalet.

Valéry Molet, Janvier 2019

 

 

L'extrait

Contact

En un instant,
Je serai l’air de sa terre
L’eau de son lac
La flamme de son feu
Je marcherai vers son corps
M’enfouirai entre ses bras
Comme un fleuve épuisé
Qui se mêle à la mer
Et je m’évanouirai dans cette étincelle de temps
Où pour la première fois
Nous ouvrirons nos yeux, nos cheveux, nos lèvres
Où tout notre corps exaspéré d’attente
Se cassera sous le désir.
Alors le temps cessera de geindre
Rien ne comptera plus
Que le bout de nos doigts
Courant, affolés, se perdant sur des collines douces
Comme au printemps l’enfant dans les prés réveillés.

 

Données techniques

Jean-Paul Richalet
J’ai faussé compagnie aux villes endormies
Poésie
Collection Ouvre-Boîtes
45 pages
Parution en Septembre 2019
10 euros
ISBN 978-2-919483-73-0
ISNN 2112-8820


Version papier : 10,00 EUR



Version numérique : 2,00 EUR
- Fichier ePub pour votre liseuse ou tablette.
- Fichier MOBI pour votre mobile ou e-Readers.
- Fichier PDF pour votre PC ou MAC.


l"échappée belle édition         Ecrivez-nous         mentions légales